Obsolescence programmée – Que faire de nos vieux smartphones et tablettes ?

obsolescence programmee
Article que j’ai écrit en 2013. Mais avec la sortie de l’iPhone 6 comment ne pas se poser la question du gâchis. Ainsi les pocesseurs iphone 4 se retrouvent avec un matériel déjà dépassé. A lire et méditer.

Aujourd’hui je me penche sur un sujet qui fâche, quand écologie et technologie ne font pas bon ménage. Je veux parler de l’obsolescence programmée.

Comme vous le savez, je développe des applications depuis 3 ans, j’ai décidé de m’auto-flageller sur mon gagne pain en publiant cet article. 😉

En tant que développeur, je suis aussi grand consommateur d’applications (faut bien s’inspirer) et de hardware (iPhone-iPad-Mac-Pc…)

Depuis quelque temps j’essaie de limiter mes achats, profitant le plus longtemps possible de mon matériel. Hors donc je me suis aperçu que l’obsolescence programmée peut prendre plusieurs visages,

car si le hardware tient la forme chez Apple (aucun problème en 3 ans) les applications deviennent de moins en moins compatibles avec mon iPad première génération. Quant à mon iPhone 3G, il ne sert plus qu’à téléphoner. Ainsi je constate qu’il est impossible d’installer Facebook sur mon iPhone car il est trop ancien, et je ne parle même pas des jeux. Ce sont donc les éditeurs qui obligent le consommateur à changer d’équipements, s’il veut profiter des dernières nouveautés en terme d’applications. Fini les optimisations permettant à un jeu 3D de tourner sur un iPad. Dire que j’en ai brulé des neurones pour optimiser mon application Notre Dame de Paris, afin qu’elle tourne sans ralentissement sur un iPad1. Mais tous les éditeurs ne jouent pas le jeu, car l’iPad1 ne représente plus que 8% des joueurs (moins d’1% pour l’iPhone 3G), pourquoi se casser la tête en optimisations ?

S'inscrire à la Newsletter

subscribe to Rabbi SHALOM newsletter

Quant à mon iPad les derniers jeux 3D ne s’installent pas, et le peu qui s’installent plantent: il est soit impossible de les lancer, soit impossible d’utiliser certaines fonctionnalités comme la connexion à Facebook.

Je me dis, il n’y a qu’à revendre mes appareils, mais comment vendre d’occasion un équipement entièrement restauré d’origine, ou le consommateur ne pourra installer aucune application, c’est quelque-part du vol… Car seule la dernière version de l’Application est disponible sur l’Appstore. il est donc impossible de télécharger une version ancienne compatible avec les anciens OS car elle n’est plus disponible sur les serveurs. Mise à jour : Apple a enfin rajouté l’option de mettre à disposition de l’utilisateur plusieurs anciennes versions des applications sur l’AppStore, mais tous les éditeurs ne jouent pas le jeu : il arrive souvent que seule la dernière version soit disponible sur les serveurs de Apple.

Je me retrouve donc avec un Hardware invendable, à la limite moyenâgeuse, bien qu’il date de seulement 3 ans. Faut dire que j’ai attendu un an après leur sortie avant d’acheter l’iPhone et l’iPad.

Crise oblige, je me vois mal dépenser 700€ pour un nouvel iPad (c’est ce que j’avais payé il y a 3 ans) car les prix restent stables. j’envisage donc une reconversion et acheter de l’Android moins cher.

Il reste que la durée de bonne utilisation (qui équivaut à la durée de vie quand on y réfléchi bien) des tablettes et smartphones devient de plus en plus courte – deux ans si on veut profiter pleinement des dernières nouveautés. Mais pour cela il faudra acheter votre matériel à sa sortie au prix fort, sinon la « durée de vie » en sera écourtée.

A la différence des ordinateurs et consoles que l’on pouvait revendre d’occasion avec une logithèque complète, les contenus dématérialisés limitent fortement la revente du matériel dans le temps. Si je ne le revends dans l’immédiat, mon iPad1 finira sa vie au fond d’un carton ou pire encore dans une décharge. 😦

Il est clair que la course effrénée de Apple et Samsung et de tous les satellites qui gravitent autour (dont moi), ne vont pas aider à stopper le pillage des ressources naturelles de notre planète ni au gaspillage inutile.

Franck SITBON

Publicités